Préjugé de la semaine : "Vivre les valeurs chrétiennes : une utopie !"

Publié le par Alexandre Patriac

Cette rubrique que vous retrouverez chaque semaine vise à faire la lumière sur des préjugés que vous pouvez avoir sur la religion chrétienne.

Le préjugé de la semaine :
« Fidélité, charité, vertus, en tout temps, en tout lieu... : ce que nous invite à vivre le christianisme est « utopique » ! »

Notre réponse :
« Nos sociétés occidentales ont détruit les utopies au nom du pragmatisme. C'est dommage dans le sens où l'utopie est nécessaire pour définir une orientation ou un projet de vie. En témoigne l'épisode biblique dans lequel les frères veulent se débarrasser de Joseph en Egypte parce qu'il était un rêveur : « Vendons le rêveur, il ne sert à rien. »
C'est le même film que déroulent nos sociétés contemporaines : le rêveur parce qu'il n'est plus en phase avec le concret est littéralement méprisé. C'est vite oublier que, sans rêve, on est privé d'idéal. Donc sans foi pour le lendemain.
Aigreur, cynisme, scepticisme et peurs en tout genre en sont les résultantes immédiates. Demain incertain nous paralyse et encourage les protectionnismes. Notre monde est plat, et les utopies restent au royaume de Dieu : une nouvelle terre et un nouveau ciel.
Le marxisme a toujours dit que la religion était l'opium du peuple. Pour le bon mot facile, je dirais que c'est l'opium qui est devenu la religion du peuple. Les dérivés artificiels accentuent le désenchantement et les errements.
Quand les idéaux servent un but, le ciel que l'on regarde n'est pas une valeur virtuelle mais un horizon à découvrir, une fondation à construire. La vie n'est pas seulement un enchaînement de possessions, c'est un chemin à tracer et en ce sens une vraie révolution humaine. Naviguer à contre-courant est difficile mais salutaire. L'utopie est indispensable. »

Commenter cet article