Préjugé de la semaine : "Les chrétiens sont frileux face au succès"

Publié le par Alexandre Patriac

Cette rubrique que vous retrouverez chaque semaine vise à faire la lumière sur des préjugés que vous pouvez avoir sur la religion chrétienne.
Retrouvez tous les "chrétiens & préjugés" hebdomadaires en cliquant ici

Le préjugé de la semaine :
« Les chrétiens sont frileux face au succès »

Notre réponse :
Réponse de Jean Lacroix :

« En lui-même, le succès est bon, car il est le sens même de l'effort (on fait effort pour réussir). C'est par le succès, c'est-à-dire par la victoire sur l'obstacle, que nous prenons de plus en plus conscience de nous-mêmes et que nous nous créons davantage. Mais le succès n'est bon (paradoxalement) qu'autant qu'il est le plus grand révélateur de l'échec... Au cas où le succès viendrait à faire oublier l'échec, il serait le pire des divertissements. Les hommes auxquels tout réussit, comme on dit, et qui n'ont pas d'autre idéal que de triompher, sont précisément ces êtres superficiels qui n'accèderont jamais à cette existence authentique que pressentent cependant les évadés, les divertis, les découragés, les ratés de tout genre et qui fait leur tourment. Il vaut mieux encore être le neveu de Rameau (c'est le type même du raté dans le roman de Diderot) ou le clochard du coin que M. Homais ou un parvenu (M. Homais, cet imbécile que le génie de Flaubert a rendu immortel, comme disait François Mauriac). Et la grandeur de don Juan n'a pas été d'être un homme à succès, mais de demeurer insatisfait de tous ses succès, de poursuivre en chaque femme un idéal qu'il ne pouvait jamais atteindre. »

Commenter cet article