Fidélité : étincelles d’éternité sur le monde

Publié le par Alexandre Patriac

Ce jour, nous partageons avec vous ce magnifique texte sur la fidélité. 

enfants123.jpgAujourd’hui, j’ai besoin de toi pour changer le monde. Veux-tu m’aider ?
 
Oh, ne t’inquiète pas. Je n’ai pas besoin d’un faiseur de miracles. Je ne cherche pas quelqu’un d’extraordinaire ou de parfait. Il n’y a rien là qui te dépasse.
Je cherche juste quelqu’un de fidèle.
 
Je ne demande rien qui soit au-dessus de tes forces, je t’assure. Juste un petit effort quotidien, mais qui demande du courage, de l’audace, même.
 
L’audace de donner ta parole et le courage de la tenir,
l’audace de recevoir un secret et le courage de le garder,
l’audace de t’engager et le courage de tenir ton engagement jusqu’au bout,
l’audace de dire « je t’aime » et le courage de respecter ton amour,
l’audace de prier et le courage de prier tous les jours.
 
Cela te fait peur ? Je comprends.
Tu as peur de te retrouver prisonnier. Condamné à la fidélité à perpétuité !
Mais je suis venu te dire le contraire : ces engagements qui te font si peur façonnent ta liberté. Ils te libèrent de toi-même, de tes égoïsmes. Je sais que ce n’est pas facile de rester fidèle à la parole donnée, à l’amitié, à l’amour, pourtant c’est ce qui t’apprend à ne pas être l’esclave de tes sentiments et à aimer vraiment, d’un amour qui va bien au-delà des émotions passagères.
 
Le temps passe et emporte avec lui ton enthousiasme des premiers temps. Tous ces sentiments exaltants qui te brûlaient le cœur s’atténuent peu à peu et tu as l’impression de t’enfoncer dans la grisaille… Réjouis-toi ! C’est que ton engagement est en train de te transformer de l’intérieur. Le temps te dépouille peu à peu de tout le superficiel. Il te révèle, semaine après semaine, mois après mois, ce qu’il y a de plus profond et de plus beau en toi : la patience, la générosité, ta capacité d’aimer… Tout cela pousse en silence au plus profond de ton cœur pendant ces heures qui te paraissent si vides et si lourdes.
 
S’il te plaît, ne te décourage pas, tiens bon, continue, avance.
Ne te préoccupe pas de ce qui te semble désert. Je suis là, tout au fond de tes heures les plus sèches et je modèle ton âme et ton cœur. Cela ne fait pas de bruit, ni de grand sentiment, mais je te remplis peu à peu de cette énergie, de cet amour dont tu as besoin pour rayonner de Vie. Pour cela, je n’ai besoin que de ta fidélité.
 
Voilà ce qui m’émerveille chez toi, ton courage de tenir tous les jours, même quand le cœur n’y est pas, même quand le temps manque, même quand les grands sentiments se voilent, même quand l’habitude l’emporte sur l’enthousiasme des débuts, même quand tu as l’impression que ton engagement ne t’apporte plus rien et que tu n’y apportes plus rien…
 
Aucun de ces petits choix de fidélité quotidiens n’est perdu ; ils sont, pour moi et pour tous ceux que tu sers, infiniment précieux. Ils murmurent un « je t’aime » plus vrai que tous ceux que tu pourrais dire.
 
Le moindre de tes actes de fidélité rayonne en étincelles d’éternité sur le monde.
 
Alors, s’il te plaît, tiens bon. Peu à peu, tu vas voir, tes engagements vont prendre un goût nouveau, un goût de vérité, un goût d’éternité. Ils ne seront plus juste un plaisir. Ils t’auront tellement aidé à devenir meilleur qu’ils seront devenus une partie de toi. Jour après jour, ta fidélité t’aura appris à ne pas te contenter de faire ce que tu aimes, mais à aimer ce que tu fais, à chaque instant. C’est là la clef du bonheur, un bonheur qui ne dépend plus de tes occupations du moment, mais un bonheur véritable à perpétuité ! Celui qui fait de chaque instant de ta vie une porte ouverte sur l’éternité.
 
Au fil des semaines, le grand feu des premiers jours devient un lit de braises. Il est peut-être moins visible ou moins attrayant, mais aucune tempête ne peut l’éteindre et, crois-moi, beaucoup se réchauffent à sa chaleur. La fidélité, qui te paraît si dure certains jours, transforme peu à peu la flamme en braise, la joie extérieure en joie intérieure, si profonde et si belle.
 
Evidemment, il y a des jours sans, des jours d’oubli, mais n’aie pas peur de recommencer, inlassablement. Ne crains rien, je suis avec toi. Ta fidélité peut défaillir, la mienne sera toujours là, prête à rallumer la braise enfouie sous la cendre.
 
La fidélité est ta grandeur. Laisse-moi l’enseigner à ton cœur dans le secret de nos heures.
 
Confiance ! Aujourd’hui, je t’ai choisi pour donner au monde les couleurs de l’éternité.
Veux-tu m’aider ?

Commenter cet article

Satan 08/01/2009 12:45

J'aime beaucoup votre site.
Pauvres hères, vous finirez tous avec moi.