Itinéraire spi Carême 2009 : Dimanche 8 mars

Publié le par Alexandre Patriac

Thème de la semaine : Ose la prière !
Dimanche 8 mars


Que ta vie soit transfigurée !

Mc 9, 2-10

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et ils s'entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » De fait, il ne savait que dire, tant était grande leur frayeur. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le. » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. En descendant de la montagne, Jésus leur défendit de ne raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette consigne, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d'entre les morts ».


Commentaire d'un prêtre

Jésus fut transfiguré sur une haute montagne. Cet événement est central dans l’Evangile et central dans notre foi. Car si la foi ne transfigure pas notre vie comme elle a transfiguré l’humanité du Christ, elle ne sert à rien. L’épisode correspond certainement à la fête juive des Tabernacles, qui rappelle la marche des hébreux dans le désert durant quarante ans et l’alliance avec le Seigneur. Malgré son errance au milieu du désert, le peuple, libéré de la servitude en Egypte, n’a pas été abandonné de Dieu. Nous chrétiens, avons été libérés de la servitude du péché : libération définitive que les errances de notre vie ne doivent pas nous faire oublier.

Le Christ fut transfiguré ; il ne s’est pas transfiguré lui-même. C’est Dieu qui a transfiguré Jésus dans son humanité. Le christianisme est une transfiguration de la vie de l’homme : libération du mal et présence de Dieu. Pendant ce carême, je peux, à l’instar des hébreux, réfléchir sur ce que la foi a changé dans ma vie. Comment serais-je sans l’amour de Dieu ?

Publié dans Carême 2009

Commenter cet article