Itinéraire spi Carême 2009 : dimanche 22 mars

Publié le par Alexandre Patriac

Thème de la semaine : Reste fidèle !
Dimanche 22 mars

Aie l’audace d’être pur(e) !

Jn 3, 14-21

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne lui soient reprochées ; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses oeuvres soient reconnues comme des oeuvres de Dieu. »


Commentaire d'un prêtre

« De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé » : A travers notre marche dans le carême, c’est toujours le thème de la présence de Dieu qui est souligné. Le Christ est le nouveau Moïse : celui qui nous guide dans le désert que nous traversons. La Croix est son nouveau bâton, bien plus puissant que le serpent de bronze de Moïse. Lorsque que nous hésitons sur le chemin à suivre ou le comportement à adopter, n’oublions pas de nous tourner vers Celui qui est toujours là : « Et de moi, qu’attend-il que je fasse ? » Le Christ est la lumière de notre vie : lumière que nous recherchons et qui en même temps nous fait peur. Dans l’obscurité, l’on ne distingue rien et cela est finalement parfois plus commode. N’y a-t-il pas dans notre vie des choses que nous préférons garder cachées ? Voilà un bon critère dans le discernement de nos actions. Lorsque, à l’instar de Nicodème, nous avons peur de la lumière, c’est que nous avons quelque chose à dissimuler. C’est une grâce que nous pouvons demander au Christ que celle d’une vie plus transparente.

Publié dans Carême 2009

Commenter cet article