Itinéraire spi Carême 2009 : Jeudi 26 mars

Publié le par Alexandre Patriac

Thème de la semaine : Aime l'Eglise !
Jeudi 26 mars


Fais oeuvre de compassion!

Phi 3, 17-21

« Devenez à l’envie mes imitateurs, frères, et fixez vos regards sur ceux qui se conduisent comme vous en avez en nous un exemple. Car il en est beaucoup, je vous l’ai dit souvent et je le redis aujourd’hui avec des larmes, qui se conduisent en ennemis de la croix du Christ ; leurs fin sera la perdition ; ils ont pour Dieu leur ventre et mettent leur gloire dans leur honte ; ils n’apprécient que les choses de la terre. Pour nous, notre cité se trouve dans les cieux d’où nous attendons ardemment comme sauveur, le Seigneur Jésus Christ, qui transfigurera notre corps de misère pour le conformer à son corps de gloire, avec cette force qu’il a de pouvoir même se soumettre toute chose. »

Réflexion

« Et si vous réservez vos saluts à vos frères, que faites vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (Mt 5, 48). Le Cœur de Jésus, par le mystère de la croix, souffre de chaque péché commis. Nous ne pouvons ignorer la détresse spirituelle qui existe en ce monde, nous ne pouvons ignorer l’immensité de nos péchés qui viennent blesser le cœur de Jésus. Ainsi, nous découvrons peu à peu l’ampleur de la douleur du Christ en nos cœurs et nous pouvons alors verser, avec le Christ, des larmes de souffrance face à la misère des hommes. Apprenons à ouvrir nos cœurs à la compassion divine qui repose sur nous. La volonté du Christ est que « pas un seul de ces petits ne se perde »  (Mt 18, 14), et dès que l’un d’entre nous se met en danger, le Seigneur souffre. N’ayons pas peur de souffrir avec Lui, la Croix a porté tous nos péchés. N’ayons pas peur de voir la misère de l’homme pour mieux contempler le mystère de sa beauté.


Pour progresser

Est-ce que j’accepte d’ouvrir mon cœur au point de pouvoir être blessé par le péché d’autrui même s’il ne me concerne pas directement ?

Est-ce que j’accepte de suivre le Christ jusqu’au bout et de l’accompagner jusqu’au mystère de la Croix ?

Aujourd’hui je peux prier pour une personne que je sais malheureuse en raison de son péché afin que le Seigneur vienne la rencontrer et la délivrer.

Publié dans Carême 2009

Commenter cet article