Itinéraire spi Carême 2009 : dimanche 29 mars

Publié le par Alexandre Patriac

Thème de la semaine : Aime l'Eglise !
Dimanche 29 mars


Reconnais tes faiblesses!

Jn 12, 20-33

 

Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque, quelques-uns abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée. Ils lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André ; et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L'heure est venue pour le Fils de l'homme d'être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s'en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera. Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? - Mais non ! C'est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l'ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l'entendant, la foule qui se tenait là disait que c'était un coup de tonnerre ; d'autres disaient : « C'est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n'est pas pour moi que cette voix s'est fait entendre, c'est pour vous. Voici maintenant que ce monde est jugé ; voici maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j'aurai été élevé de terre, j'attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

Commentaire d'un prêtre

« Si le grain meurt, il porte beaucoup de fruit. » C’est une parole terrible du Christ. Elle annonce que Jésus doit mourir pour que nous ayons la vie. Jésus doit mourir pour que nous, nous ressuscitions avec lui. Dans notre vie aussi, il y a la mort. Il y a le sacrifice. Il y a le renoncement. Il y a l’échec. Il y a l’abandon. Il y a la trahison. C’est un signe de maturité que d’accepter de ne pas toujours gagner. Il n’y a pas de vie humaine qui ne soit marquée par la mort et certaines formes d’échec. La grandeur de l’homme, c’est de le savoir et de l’assumer. La grandeur du chrétien c’est d’accepter qu’il faille passer par la mort pour ressusciter. Il faut connaître l’échec et l’humiliation pour connaître la gloire. Il ne faut pas rechercher la mort. Il faut l’affronter. Comme la douleur et l’échec. Le Christ nous ouvre ce rude chemin. Saint Paul parle de l’or purifié par le feu… notre vie est cet or. Que l’épreuve ne nous aigrisse pas : qu’elle nous grandisse !


Publié dans Carême 2009

Commenter cet article