Cette capacité d’émerveillement qui nous distingue du gorille

Publié le par CCIT

Dans la nature, les créatures sont comme des signes manifestant la splendeur de Dieu. À l’homme de redécouvrir sa capacité d’émerveillement, pourvu qu’il prenne un peu de hauteur...

Gravissant la montagne par une route en lacets, je découvre sur ses flancs les sapins blanchis par le givre, majestueusement immobilisés dans un froid glacial. Le sommet de la montagne m’offre la possibilité de voir au loin, et la blancheur de la neige de contempler cette beauté virginale. Rien ne repose mieux les yeux que de regarder à l’infini. J’aperçois deux skieurs sur une crête, leur silhouette noire se découpant comme une ombre contre la lumière. Est-ce l’altitude qui m’oxygène l’esprit et les yeux ? L’enchantement des paysages sauvages, comme au premier jour, qui ravive mon enthousiasme ?

La montagne a toujours été source d’émerveillement. Cette capacité que nous avons à contempler la création est une caractéristique de notre humanité. Le Pr Jérôme Lejeune, découvreur de la trisomie 21, disait que ce qui différenciait l’homme de l’animal, c’est cette capacité à s’émerveiller : « On n’a jamais vu un gorille admirer les étoiles ou un coucher de soleil. L’homme, si primitif soit-il, est le seul bipède à contempler le ciel. »

Dès la Genèse, et tout au long de la Bible, les astres, la nature et les éléments nous parlent de Dieu ; et c’est par Dieu que l’âme connaît les créatures. Ainsi les grands mystiques comme saint François d’Assise ou saint Jean de La Croix ont-ils l’intuition d’une grande fraternité avec les éléments, la terre et le ciel : « Dans l’union, l’âme semble Dieu lui-même, elle possède ce que Dieu possède. » Il ne s’agit pas d’une possession au sens d’une propriété privée mal perçue, mais d’une communion intime avec Dieu, par Dieu et en Dieu de tout ce qui vient de lui.


Ah, si seulement en descendant de la montagne, nous pouvions devenir plus humains !


Raphaëlle Simon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bene 11/03/2010 22:30


Merci pour ce très bel article Emilie !