Chrétiens persécutés : c'est l'actualité en Corée !

Publié le par CCIT

       Alors que le Conseil œcuménique des Églises vient de lancer un appel en faveur de la réunification des Églises coréennes, le régime nord-coréen poursuit « la chasse aux chrétiens » qu’il mène depuis plus de soixante ans, le rapport annuel sur la liberté de religion dans le monde, publié fin octobre par le Congrès américain, notait un manque particulier de liberté religieuse en Corée du Nord, faisant état de nombreux cas d’arrestations et déportations. De fait, le régime communiste totalitaire de Pyongyang ne tolère guère d’autre culte que celui que chaque citoyen doit vouer à l’ancien président du pays, Kim Il-sung, et à son fils, l’actuel dirigeant Kim Jong-il. 


      Ainsi, en juin dernier, des informations largement reprises dans la presse sud-coréenne rapportaient l’exécution publique, près de la frontière chinoise, d’une Nord-Coréenne de 33 ans, accusée de distribuer des bibles et d’espionner pour le compte des États-Unis. Son mari et ses enfants auraient été envoyés en camp de détention.


      Pourtant, la capitale du pays était autrefois surnommée « la Jérusalem de l’Est ». Y vivaient au milieu du XXe siècle environ 30 % de chrétiens, contre seulement 1 % dans le reste du pays. Les persécutions des années 1950 ont particulièrement visé les chrétiens, même si on peut trouver aujourd’hui des églises à Pyongyang. Officiellement, la Constitution autorise la liberté de culte, et la Corée du Nord dispose de fédérations chrétiennes officielles, contrôlées par le régime. Le pays reconnaît 15 000 chrétiens déclarés, toutes confessions confondues.

(La Croix 11/11/09)

 
   

Publié dans Actu de l'Eglise

Commenter cet article