Profanations d'églises : le coup de sang de Mgr Dubost

Publié le par CCIT

« Cette fois, il faut arrêter ! » C’est sur un ton particulièrement vif que Mgr Michel Dubost, évêque d’Évry-Corbeil-Essonnes, a réagi aux récents actes de vandalisme dont l’église de Morangis a été la cible. « Le Saint Sacrement a été profané » précise l’évêque, membre au sein de l’épiscopat français du Conseil famille et société. Il appelle l’État à prendre ses responsabilités.


 Après les cimetières, les églises catholiques deviennent la cible de profanations.





« Je suis heureux de voir avec quel empressement les pouvoirs publics, les politiques, la presse et l’opinion publique se révoltent lorsqu’une mosquée ou une synagogue est attaquée. Je m’en réjouis et je me joins à ceux qui dénoncent de tels délits. Mais cet empressement général rend étourdissant le silence à propos des églises. » C’est un billet court mais au ton particulièrement virulent que Mgr Dubost a souhaité faire paraître le 19 février sur le site internet du diocèse d’Évry.
 
À l’évêché d’Évry, on explique que Mgr Dubost est « particulièrement en colère car les églises du diocèse sont très touchées par le phénomène ». En 2009, une quinzaine d’églises ont été pillées et/ou profanées. Jamais les coupables n’ont été retrouvés.
 
Dans son message, Mgr Dubost confie sa répugnance à l’égard de ce type de vandalisme (« Personnellement, je n’arrive pas à m’habituer aux profanations… ») et appelle surtout fortement l’État français et ses élus à prendre leurs responsabilités pour garantir la sécurité des églises en France.

« […] à la suite d’un certain nombre de vols et de profanations, j’avais émis l’idée de mettre sur pied une commission "cambriolage" pour visiter les églises, prévoir dans chacune d’entre elles, les aménagements de sécurité contre le vol, faire l’inventaire de ce qui pouvait être pris et le photographier. On m’a fait savoir que je n’en avais pas juridiquement le droit… et qu’il serait mis en place une commission officielle. Les exactions continuent. »

L’ancien évêque aux Armées n’hésite d’ailleurs pas à mettre en cause les pouvoirs publics, « responsables par leur carence », selon Mgr Dubost.

« S’il faut hurler, nous hurlerons. Après tout, nous aussi, nous sommes des citoyens » conclut le prélat. Une déclaration certainement pas anodine à la veille des élections régionales qui se dérouleront les 14 et 21 mars prochains.

Vu sur famillechretienne.fr

Publié dans Actualité

Commenter cet article